vendredi 1 février 2008

Angoulême à chaud

Comme toujours, Angoulême me laisse un goût mi-sucré, mi-acide. Trop de choses à voir, trop de gens à rencontrer, trop de bd à découvrir pour être pleinement satisfait. Mais, cela est plus dû à un défaut d’argent ou à un manque de disponibilité qu’aux organisateurs.
L’édition 2008 a encore une fois été l’occasion d’une mini fronde venue de l’édition alternative. Si la première datant des grands froids semblait justifiée, là, à mon sens, elle s’imposait un peu moins.
L’espace réservé à l’édition alternative (et aux fanzines) était réduit. Mais, bon, nous en avions été averti à l’avance par Philipp MORIN. Même si, effectivement, cette décision ne m’avait pas comblé d’aise – et, c’est une litote- nous avions pris en toute connaissance de causes la décision de maintenir notre présence à Angoulême pour présenter Blam !
Cette réduction était en partie compensée par le fait que l’espace Bd alternative fanzine avait été rapproché du centre du festival, en plein centre ville.
Oh, c’est vrai qu’un effort supplémentaire de signalisation n’aurait pas été de trop. Peut-être une « grande sucette » comme à l’entrée des autres bulles. Peut-être aussi que l’espace Bd alternative fanzine aurait pu être mis à la place du « marché des droits internationaux » (et vice-versa). Peut-être aussi qu’il faudrait plus le citer dans la presse : de mémoire, le journal paraissant le dimanche mentionnait toutes les bulles sauf ……
Néanmoins, je pense que le nœud du problème tient plutôt à ce que j’appelle la « schizophrénie angoumoisine » et que certains ont traduit en termes de « mépris » ou de « marginalisation ».
Le FIBD est souvent accès au niveau des prix, des animations, des expos sur une bd alternative. Et, encore un effort a été fait cette année avec une expo Bottaro, Schtroumpf, 4 fantastiques, … ou l’année dernière avec Midam. Et, pour attirer le grand public, celui qui vient en masse si les conditions climatiques le permettent, il faut des têtes d’affiches connues dudit grand public. Malgré tout le respect que je dois à la bd alternative et à ces éminents représentants, JC MENU et L TRONDHEIM en tête draineront-ils vraiment le même grand public familial ou seulement celui dehappy few ou autres bobos esthètes et intellos ? Sans renier la valeur de leur travail ou dénigrer celui d’éditeurs plus sulfureux comme Soleil ou plus classiques comme Dupuis ou Lombard, lesquels attirent le plus de visiteurs.
Le FBDI met en avant la bd alternative, mais, à mon avis, a besoin pour survivre de la bd plus classique : on peut le regretter, avoir envie d’éduquer les gens en leur disant quelle bd aimer. On peut aussi faire preuve d’ouverture d’esprit et accepter toutes les formes de bd. Il semble d’ailleurs, curieux, à mon sens que des auteurs qui se sont plein de l’ostracisme des « classiques », font preuve du même regard borné. Variation sur le syndrome de Stockholm ?
Maintenant, c’est vrai aussi que le FBDI pourrait mettre un peu plus de moyens sur l’espace bd alternative. Mais, est-ce vraiment le problème dont il souffre ? Je pencherai plus pour le manque d’esprit de découverte des visiteurs. On ne peut pas dire que les gens ne passent pas dans cet espace. C’est plutôt de la manière dont ils passent : par moments, un être cynique et dépressif penserait qu’il est derrière les grilles d’une cage au zoo et que des gens viennent voir ces drôles d’animaux appelés fanzineux !
À nous maintenant d’attirer les gens avec nos bd. À nous donc de les leur présenter.
Bien que nous n’ayons ni costar 3 pièces, ni une calculette dans la poitrine ni un club de rugby, nous sommes éditeurs. Fan éditeurs, soit. C’est à nous de promouvoir nos zines, nos albums, …Ca n’a jamais été facile : voyez Futuro, Métal, Stakhano, Temps futurs, …tous de qualité et tous disparus ! Mais, avec de belles heures de gloire et un souvenir qui encore vivace chez ces dinosaures de quadra !!!
Le problème de l’exposition se heurte au problème plus grave du « merchandising ».Plutôt que de faire de l’original, de la création, de l’inventivité, on fait du neuf avec du vieux (compil ou intégrale) ou l’on s’engouffre dans une mode. Cette tendance à la facilité de la part des éditeurs s’ajoute à la volonté des grandes surfaces culturelles qui matraquent sur les titres qui se vendent et laissent de côté, soigneusement rangé dans des cartons en réserve, les titres moins connus.
Angoulême est une vitrine de toute cette culture indépendante qui vit dans les marges des bd grands publics. Certes, ce n’est pas la vitrine la plus éclairée, la mieux exposée, mais, du moins, elle existe ! Il nous faut en profiter pour récupérer quelques feux des projecteurs largement axés sur certains titres « meanstream »

stay tuned, folks : bientôt des images de ce festival

5 commentaires:

Oliv' a dit…

Hello,je vais vous raconter une petite légende provençale :

"Il était une fois une nana (que je connais)qui fait de l'édition de jeux de rôle...Elle avait un mal fou à trouver un bon dif. Alors elle a contacté une dizaine de mini-éditions de jeux comme elle, ils ont fait un catalogue commun et du coup, ils sont diffusés très correctement.Ils vécurent tous heureux et eurent pleins de petits albums..."

C'est à étudier peut-être ;-)

Bizz

Oliv'

stan prozak a dit…

Ca me semble frappé au coin du bon sens :)

Sebs a dit…

Clair que j'ai bien galéré pour trouver le chapiteau où vous étiez !
C'était vraiment mal indiqué (le plan parlait d'une Cité Administrive et fallait se débrouiller avec ça), c'est simple, j'ai mis la journée pour vous trouver et je n'y suis arrivé que tardivement le soir...
En tout cas, ça m'a fait super plaisir de revoir une partie de l'équipe (même si personne ne m'a reconnu du premier coup :p), au regret de ne pas t'avoir vu.

La quick dédicace d'Yves est sur mon blog ;)
http://sebastien.carnelos.free.fr/bloug/index.php?2008/02/02/66-compte-rendu-d-angoulme

(au passage, BLAM! le fanzine de merde, c'est vraiment pas de la merde !)

stan prozak a dit…

Merci, Sebs
moi aussi, désolé de t'avoir raté mais j'ai encore cours le jeudi. Pas glop, pas glop !
Mes potes ont trouvé supersympa que tu passes nous voir et on espère avoir rapidement l'occasion de se voir et de dédicacer ensemble
Pour la signalisation, ben, t'as un peu résumé le problème
a plus

Fëa a dit…

J'ai pas réussi à vous trouveeeeeeeeeeeeeeeer !! Snif...