vendredi 28 mars 2008

Par Horus, demeure !

Le 30 avril 2004 naît, en Belgique, Edgar P. Jacobs qui hésite entre deux carrières, l'art lyrique et les petits mickeys.
Fort heureusement pour nous, il choisit la seconde.
La deuxième guerre mondiale et Frau Anastasie lui donnent l'occasion de remplacer Alex Raymond et son "Flash Gordon", c'est le "Rayon U".
Remarqué par Hergé, il devient l'un de ses principaux collaborateurs, dessinant bon nombre de décors des aventures de Tintin.
Le 26 septembre 1946, il est de l'aventure du journal de Tintin pour lequel il crée une des plus célèbres duo d'aventurier, le Capitaine Francis Blake du MI6 et le professeur Philips Mortimer qu'il va animer pendant 8 aventures


Le 20 février 1987, la Camarde qui ne lui pardonne pas d'avoir semé des fleurs dans le trou de son nez, l'envoie voir là haut si il n'y est pas
Bob de Moor reprend en catastrophe le deuxième tome de la dernière aventure qui voyait Mortimer en prise avec son double


Le succès lié a cette captivante série ne se démentant pas et les fans réclamant de nouvelles histoires, le Lombard décide de confier les destinées de Blake & Mortimer à deux équipes de créateurs
Ted Benoit, l'un des derniers "fils de la ligne claire" et Jean Van Hamme


(pour la petite histoire, la première édition de "L'affaire Francis Blake" énerva quelque peu la famille Jacobs car étant signé du dit Jacobs, décédé depuis près de 10 ans. Le retirage fut rapide avec la mention "d'après EPJ"
Yves Juillard et son classisisme classieux sur des textes d'Yves Sente


La Camarde n'oubliait pas Blake et Mortimer puisqu"elle frappa, en plein vol, Sterne, le dessinateur qui devait remplacer Ted Benoit et qui planchait sur " La malédiction des 30 deniers", scénario écrit par Van Hamme
Aujourd'hui, sort à 500 000 ex. le dernier opus des aventures du so british tandem, écrit par Sente et dessiné par Juillard, "le sanctuaire de Gondwana"


Et, pour ceux qui trouvent ce genre de bd un peu austère, un peu trop sérieux, un peu trop bavard, précipitez vous donc sur la parodie iconoclaste de Barral et Veys qui vaut son pesant de fraises Tagada

1 commentaire:

Achdé a dit…

"quand la légende dépasse l'histoire, on imprime la légende" j'ai trouvé d'où venait cette fabuleuse phrase que j'avais déjà entendu: dans mon film préféré, "L'homme qui tua Liberty Valance"! T'as des lettres mon gars! En tout cas, je crois que cela peut s'appliquer à la série mythique de Jacobs. Amitié à toi.