mercredi 25 juin 2008

Barbouzes en culottes courtes

La volonté de Nicolas Bruni de créer une Ecole Nationale d'Espionnage permet à Philippe Bouvard de trousser un de ces billets d'humeur (humour) dont il a le secret.
Cependant, on est forcé de dire qu'ils ne sont pas précurseurs. Témoin la série des "Langelot" de Lieutenant X.
En 1965, paraît le premier tome des aventures de Langelot. Jeune homme assez frondeur, il intègre le SNIF (Service National d'Information Fonctionnelle) et suit ses classes sur le bateau-école de ce service. Il en sortira sous-lieutenant et se trouvera projeté dans le "grand jeu", cher à Kipling.

Ses adversaires : des espions qui veulent spolier la France dans ses intérêts, des super-criminels aussi riches et intelligents que dénués de scrupules ainsi qu'une organisation criminelle, le Sphinx qui n'a rien à envier au Spectre.
Langelot emprunte ses nanas et ses gadgets à James Bond, sa maîtrise des arts martiaux à Bob Morane ( maîtrise qui lui permettra de devenir prof de judo pour singe !). Tel le Nick Jordan d'André Fernez,il évolue dans un milieu où espions et combines sont monnaie courante.
Cependant, si ces modèles sont bien présents à la lecture, l'auteur introduit une touche subtile de détachement, teinté d'ironie et d'une très légère xénophobie fleurant bon son Exbrayat période "Imogène" ou"Roméo Tarchinni". Si les Anglais sont une des cibles préférées du Lieutenant X, il ne faut pas non plus passer à côté des charges contre le jeunisme (les papous), l'administration et le snobisme.
Sous ce pseudo se cache Vladimir Volkoff.
Parent de Tchaïkovsky, ex barbouze - euh, pardon, agent de renseignement- mais surtout écrivain de sf (métro pour l'enfer) et d'espionnage ( "Le retournement"), reconnu par ses pairs.
Fouinez donc sur les vides greniers sur la trace des aventures de Langelot (40 volumes plus deux aventures de "Corinne", une jeune agente de la même promotion) ou alors faites donc un tour par ici
http://pagesperso-orange.fr/lebrun9/bd/bverte
ou par là
http://dominikvallet.over-blog.com/categorie-10119507.html
"Snif snif" !

3 commentaires:

Dominik Vallet a dit…

Excellent résumé de la série que je chronique au fil de mes re-lectures.
Malgré les critiques légitimes car Volkoff était foncièrement un vieux réac. Les aventures sont très bien écrites et fortes agréables, voire passionnantes. Je les conseille...

stan prozak a dit…

Réac, réac. Comme tu y vas, Dom ! Un anar de droite, oui. Comme Audiard, Dard, et le Yvan Audouard de la série"Antoine le vertueux"!

Dominik Vallet a dit…

L'ayant vu s'exprimer du temps de son vivant, je l'avais trouvé plus réac qu'anar, mais je peux me tromper.
Je me rappelle qu'il se considérait comme un "rebelle" parce qu'il disait bonjour le matin et au revoir le soir alors que plus personne, soit-disant, ne le faisait. Je n'appelle pas ça de l'anarchisme personnellement ! ;o)
Sinon, ce week-end, je chronique un autre Langelot ("et l'inconnue") et j'ai entamé "Une offensive signée Langelot" qui sera sans doute chroniqué le week-end suivant...