vendredi 7 novembre 2008

Sal Buscema


En ce mois, Marvel met un petit coup de projo bien venu sur un de ses auteurs maisons, Sal ( Silvio pour les dames) BUSCEMA . Sal, sur les traces de son grand frère, entre dans la carrière et dans la Maison aux Idées, il y a 40 ans, en 1968 et lui fournira des milliers de pages. Ce qui n’empéchera pas quelques infidélités chez Le Diabolique Concurrent (Batman, Superman, Superboy et même l’encrage d’une reprise du Creeper, un personnage injustement peu connu de DIKTO).
Sal BUSCEMA est tout d’abord un encreur de légendes qui magnifia, entre autres, les dessins de son frangin, Big John BUSCEMA sur Avengers, FF, de Barry WINDSOR-SMITH sur Conan, d’Herb TRIMP sur Hulk et, plus récemment, le travail de Ron FRENZ sur Amazing Spidergirl.
Il est aussi à créditer pour avoir animé pendant un nombre impressionnant de numéros bon nombre de séries Marvel.
Il fut ainsi aux commandes de block-busters comme Daredevil, Thor, Fantastic Four, Amazing Spiderman et Spectacular Spiderman, Hulk, Captain América, Avengers, ...

On retrouve son trait, classique et d’un abord facile, sur des séries moins connues comme New Mutants, Defensers, Rom, Nova, Submariner, ...


Il anima aussi longtemps des titres « fourre-tout » de Marvel comme Marvel Two in One ( centré sur la Chose), Marvel Team Up ( centré sur Spiderman), ou encore Marvel Spotlight (Son of Satan )

C’est l’occasion de farfouiller dans les cartons et d’exhumer de petits bijoux de clacissime, symptomatique de la « Marvel Way of doing comics », certes moins clinquants et moins bardés d’effets spéciaux made in Toshop que ceux d’aujourd’hui.
C’est l’occasion de (re)découvrir un petit maître du comics US dont les seules ambitions étaient l’élégance du trait au service d’un dessin aisément accessible. Bref, de la ligne claire appliquée au comics, quoi !
Elxesior !!!

2 commentaires:

Dominik a dit…

On en parlait récemment avec un fan de Rom. Perso, je le préfère comme encreur. Comme dessinateur, c'était une pâle copie de son frère avec moins de punch.

stan prozak a dit…

Pas faux mais un peu dur, Dom.
Je reste persuadé que Sal Buscema, même s'il n'avait pas l'envergure de Big John, reste un honnête faiseur de comics. Pas un dessinateur exceptionnel, pas un type qui a influencé d'autres dessinateurs ou fait école. Mais, un type qui faisait correctement son boulot, sans prise de tête, sans poudre aux yeux. Et, à ce titre, je dois avouer que je prends toujours plaisir à lire ses pages